Pourquoi Watteau s'intéresse-t-il au théâtre?

Un exposé, traitant du thème de la séduction au XVIIIème siècle, est déjà consacré en partie à Watteau et on le trouve ici. Mais ce peintre, mort jeune (37 ans) de tuberculose sans doute, est très  énigmatique. Il n'a laissé aucun écrit ni correspondance, et bien que plusieurs de ses amis en firent la biographie, sa vie et son oeuvre restent mal connues. Il fut véritablement un "SDF", logeant chez ses amis et ses protecteurs, changeant souvent de lieu de résidence, jamais marié, sans maîtresse connue, et pourtant il a su mieux que quiconque peindre les jeux de l'amour et de la séduction.

Mais dans cette présentation on va s'intéresser à un autre aspect de son oeuvre, qu'on a aussi du mal à décrypter : le rôle, dans son oeuvre, du théâtre, du spectacle en général et de la "Commedia dell'arte" en particulier. Interdits par Louis XIV en 1697 pour s'être moqués de Mme de Maintenon, les comédiens italiens furent autorisés à revenir en France par le Régent en 1716, après la mort du roi. Ils ont, semble-t-il, beaucoup intéressé Watteau sans que l'on sache trop pourquoi, car il a commencé à peindre ces personnages à partir de 1712 au moins (si ce n'est avant), c'est à dire bien avant que les comédiens italiens ne soient autorisés à revenir en France.

Watteau ne peint pas le théâtre, ni les spectacles, mais il insère des personnages théâtraux au sein de tableaux de plein air, où des personnes bien habillées se livrent à de menus plaisirs : conversations, musique, danse, séduction. Ces personnages théâtraux sont des "caractères" : Mezzetin, Arlequin, Pierrot, peut être Colombine. Watteau les peint aussi seuls, ou entourés de comparses mineurs. Le célèbre "Pierrot" ou "Gilles" du Louvre en est l'exemple le plus connu.  

La question évidente est : pourquoi Watteau peint-il ces personnages théâtraux dans des décors et des ambiances "naturels" (le plus souvent des parcs ou en tout cas des frondaisons), et non pas sur des planches, en représentation? Que signifie ce mélange d'artifice (les personnages théâtraux) et de naturel (le décor, les autres personnages habillés "normalement", souvent des femmes) ? 

Si la question est évidente, la réponse, malheureusement ne l'est pas. Sur Internet on trouve quelques publications ou extraits de publications traitant de ce problème. Mais aucune de celles que j'ai pu consulter ne donne une interprétation satisfaisante de cette pratique chère à Watteau. Au moins peut-on essayer de s'approcher de la réponse. 

La présentation : Watteau theatre (3.3 Mo)

Ajouter un commentaire