Un grand mystique, un grand artiste

Dans un exposé précédent, j'ai présenté l'oeuvre de Friedrich en regard avec celle de Turner. L'idée était de montrer que ces deux peintres contemporains, avaient chacn à sa façon, détruit la notion de peinture de paysage, pour en faire quelque chose de nouveau. Il ne s'agissait plus pour eux de reproduire plus ou moins fidèlement un décor qu'ils avaient devant les yeux, comme l'avaient pratiqué avant eux les peintres hollandais du XVIIème siècle, ou encore les vedutisti italiens du XVIIIème. En abolissant le dessin  (Turner) ou en fabriquant un paysage plus ou moins plausible mais surtout porteur de symboles personnels (Friedrich), ces deux peintres ont, parmi d'autres, ouvert la voie à l'Art Moderne. 

Dans cet exposé il s'agira de mieux comprendre ce qu'est le langage symbolique que véhicule Friedrich dans sa peinture de paysage. Quel dessein sert-il?

Friedrich utilise les objets, les décors  et les personnages, qu'il peint de façon réaliste mais en variant beaucoup les couleurs, comme autant de signes pour affirmer  ses pensées, ses croyances, ses convictions. L'exposé présente donc (ou tente de présenter) la signification de ces signes. Mais une fois ceux-ci compris et assimilés, cela change-t-il vraiment le regard que nous portons sur ces oeuvres? Cela nous rapproche sûrement des intentions du peintre (quand nous parvenons à les décoder, ce qui n'est pas toujours le cas), mais cela ne nous fait pas pour autant partager ses croyances ou ses convictions. Les oeuvres, de toute façon, ont une beauté intrinsèque, à laquelle on peut ou non être sensible. La reconnaissance des signes placés ici et là par l'artiste, peut quand même faciliter la sensibilisation à cette beauté. 

L'exposé: Caspar friedrichCaspar friedrich (6.69 Mo)

 

 

 

Ajouter un commentaire