Le maître des portraits

Antonello da Messina est une légende (mal connue en dehors de l'Italie, et notamment en France). Il est sans doute l'égal des plus grands de son époque, Piero della Francesca, Botticelli, Bellini. Son importance est fondamentale dans l'histoire de la peinture italienne de la Renaissance, car par ses origines, il a été mieux que quiconque dans la péninsule, au contact des productions des peintres flamands et aussi de leurs successeurs avignonais. 

Né en Sicile, il a appris son métier à Naples, alors sous la domination des Espagnols (Alphonse d'Aragon) mais qui avait été brièvement administrée par René d'Anjou, entre 1438 et 1442. Ce "bon roi René", qui régnait aussi en Provence, était en contact avec les peintres flamands de son frère, le Duc de Bourgogne et de Flandres, au premier rang desquels Van Eyck et Van der Weyden. Grâce à ce "bon roi" sans doute, la technique de la peinture à l'huile a pu pénétrer en Italie et être adoptée par le maître napolitain d'Antonello, Colantonio. 

Peut être Antonello a-t-il eu aussi un contact direct avec des peintres flamands, Petrus Christus notamment. Quoi qu'il en soit, il a su faire profiter de son savoir faire les peintres du nord de l'Italie, et notamment les peintres vénitiens comme on l'a évoqué dans une autre présentation.

Mais Antonello, outre son rôle de "passeur" entre les Flandres et l'Italie du Nord, nous a laissé une série extraordinaire de portraits, qui méritent qu'on consacre une présentation entière à ce peintre particulièrement talentueux .

L'exposé :Antonello 5 (4.45 Mo)

:

 

Ajouter un commentaire