Le colorisme vénitien

Deux régions sont le cœur de la création picturale au XVème siècle : la Toscane divisée en communes concurrentes, et les Flandres unifiée sous domination bourguignonne. Mais des centres artistiques périphériques existent aussi : Rome, Venise, Milan, Padoue, Ferrare, Urbino, Naples en Italie. Paris, la Provence en France. Prague, Cologne en Europe centrale. 

Venise avait une situation particulière : en contact avec l’Orient (et l’art Byzantin, Saint Marc était encore en construction au XVème siècle), elle était dépourvue de liens avec le passé romain. Longtemps à la traîne, Venise va rapidement devenir un centre artistique majeur au XVIème siècle. 

Les peintres vénitiens de la fin du XVème vont trouver leurs sources d’inspiration auprès des environnements culturels dominants : 

Les Flandres pour la technique de la peinture à l’huile, la matérialité et le rendu du détail

Florence pour la maîtrise de la perspective et l’installation des personnages dans l’espace

Les Vénitiens ont su apporter à ce double héritage le sens de la couleur et le rendu des paysages. Ils ont ainsi créé une Ecole autonome qui a brillé de mille feux au siècle suivant avec le trio majeur: Titien, Véronèse, Tintoretto

On peut suivre l’ascension artistique rapide de Venise avec l’analyse de quelques retables.

Le PDF: Le colorisme venitienLe colorisme venitien (2.85 Mo)

pas de diaporama (fichier trop volumineux)

Ajouter un commentaire