Rococo et ses frères

Au delà d'un jeu de mots, l'idée de cet exposé est de montrer que le rococo ne s'est pas diffusé largement en Europe uniquement à partir de Paris, mais qu'il y a eu un autre foyer de création pour ce style, non pas Rome comme on pouvait s'y entendre, mais Venise.  Les peintres de la lagune (Sebastiano Ricci, Antonio Pellegrini, Giacopo Amigoni, Giovanni Pittoni) sont bien les successeurs des peintres baroques romains ou bolonais, mais ils ont su exporter leur style et ont été de grands voyageurs en Europe où ils ont été accueillis à bras ouverts, et même à Paris. Et le plus grand  et le plus talentueux de ces peintres vénitiens, Giambattista Tiepolo,  est mort à Madrid après y avoir séjourné 10 ans.  

Le rococo français en peinture est un style purement décoratif, libertin, "aimable", loin de la sévérité et de la "grandeur" en vigueur sous Louis XIV. En dehors des formats traditionnels (tableaux religieux ou historiques, portraits, scènes de genre), il a servi à de multiples usages :  dessus de porte, modèles de tapisserie, décoration de vases en porcelaine...la peinture rococo française s'est remarquablement adaptée à un style de vie oisif et "libre" d'aristocrates désoeuvrés mais soumis au protocole de la cour du roi de France, roi que son tempérament portait aussi à des moeurs relâchées. Le style rococo français fut donc celui d'un art de cour.

Le rococo vénitien est plutôt, on l'a dit, l'héritage d'un passé prestigieux, que des peintres comme Giambattista Tiepolo, ont été capables de faire fructifier. Par rapport au style français, il a su garder, tout en la renouvelant, une certaine "noblesse" dans le propos, mettant en avant des thèmes moraux et religieux dans la pure tradition de la "peinture d'histoire". Cependant par rapport au baroque romain, et notamment celui de la fin du XVIIème, il est moins pesant, plus "aérien" grâce au recopurs aux plafonds en trompe l'oeil, il est totalement étranger à la dramatrurgie du Caravage. 

Cet exposé veut mettre en miroir ces deux rococos "frères", et caractériser leur style.  La confrontatrion de leurs champions, François Boucher pour le rococo français et Giambattista Tiepolo pour le rococo vénitien, révèle les marges de manoeuvre de ces artistes, par ailleurs soumis au bon vouloir de leurs commanditaires, marges de manoeuvre qu'ils ont su utiliser pour . 

L'exposé: Rococo et ses freresRococo et ses freres (5.32 Mo)

Ajouter un commentaire