Restons groupés!

Les portraits des milices militaires, des administrateurs(trices) d'organisations de charité ou des syndics de corporations, sont une des composantes caractéristiques de la peinture hollandaise du XVIIème siècle. Les personnages représentés dans ces tableaux sont des citoyen(ne)s "qui oeuvrent pour le bien public" et comme tels, méritent d'être immortalisés. C'est du moins ce qu'ils et elles pensaient. 

Ces tableaux sont le reflet d'une société "bourgeoise", dotée d'un certain esprit collectif, plutôt unique dans l'Europe du XVIIème siècle. Car outre le milieu naturel hostile (inondations, nécessité de construire des digues et des polders), les "bataves" eurent aussi à affronter l'appétit des grands empires continentaux, l'Espagne qui avait le contrôle des Flandres au sud, puis la France de Louis XIV, ainsi que la rivalité de l'Angleterre dans le commerce maritime. Cela a soudé la population, qui a été souvent en guerre durant le XVIIème siècle. Mais pendant les périodes de répit, l'économie était florissante, et sur le plan artistique les Pays-Bas ont connu leur "siècle d'or".

De nos jours, ces portraits ne nous parlent guère,  ils représentent des personnages totalement inconnus, sans beaucoup d'interaction entre eux, et souvent "statiques". Mais le génie de deux peintres, Frans Hals et Rembrandt, leur a donné une dimension unique. D'ailleurs la "Ronde de Nuit" du second est son tableau le plus célèbre, le plus connu dans le monde entier, et le joyau du Rijkmuseum d'Amsterdam.  Il méritait bien qu'on s'y attarde.

L'exposé: Hals rembrandt (5.18 Mo)

Ajouter un commentaire