Reliefs en bronze à la Renaissance

Baptistere 2

La confection de portes en bronze ornées de reliefs, est une tradition qui remonte à l'Antiquité. Elle s'est  perpetuée au Moyen Âge,et il en subsiste des témoignages en Italie et en Allemagne notamment. 

A Florence, le Baptistère situé en face de la cathédrale Santa  Maria dei Fiori en possède 3, une datant des années 1330 par Andrea Pisano, et deux autres  de la Renaissance, et dues à Lorenzo Ghiberti. C'est à ce sculpteur que cette présentation est consacrée, et à sa rivalité avec Brunelleschi et Donatello. En effet pour obtenir la commande d'une porte du Baptistère, un concours fut organisé en 1401, auquel les deux rivaux participèrent. 

De cette émulation sont issues deux grandes tendances de la sculpture de la Renaissance. La première, privilégiant les silhouettes sinueuses et les courbes gracieuses, est directement issue de la tradition gothique, développée en France et qui a fini par se déployer presque partout en Europe.  Les petites statues en ivoire de la Vierge ou les bijoux en or, facilement transportables, furent des vecteurs de cette diffusion, mais pas les seuls. Les sculpteurs eux même voyagèrent beaucoup.

L'autre tendance, qui est propre à la sculpture florentine, est fondée sur un retour aux modèles des statues romaines antiques inspirées de la tradition grecque. Elle a toujours été présente en Italie, compte tenu des nombreux vestiges qui y subsistaient. Mais Brunelleschi, à l'occasion du concours dont je vais parler dans cet exposé, l. Les statues grecques et romaines se caractérisaient par une grande attention portée à l'anatomie, au réalisme des détails. Par exemple les plis des étoffes devaient souligner les gestes, laisser deviner les membres. Les attitudes pouvaient être simples et naturelles, comme celle consistant à s'enlever une épine du pied par exemple. Brunelleschi a explicitement copié ce modèle. 

Avant de commencer, il est intéressant de connaître, au moins grossièrement, comment faire une statue en bronze. Pour cela, il faut d'abord élaborer un modèle en cire, l'entourer d'un moule en argile muni de tubes pour faire pénétrer le métal, chauffer ce moule pour faire fondre la cire et y verser le bronze fondu, laisser refroidir et casser ensuite le moule (procédé de la cire perdue).

Procédé de la cire perdue (Source: Wikipédia)

Cire perdue 

Le moule en argile entoure la couche de cire. Celle ci est creuse, peut contenir une autre mince couche d'argile. Lorsque le moule est chauffé, la cire fond et s'évacue vers le bas, puis on verse le bronze lui aussi en fusion. Apres refroidissement,  l'enveloppe argileuse est cassée et l'élément de bronze apparaît.Puis vient une phase de ciselage, de polissage et de patine du relief ainsi obtenu. Le processus est complexe, et la facilité à le maîtriser était un critère de sélection lors d'un concours.

Un peu de vocabulaire est enfin nécessaire pour cette présentation : Un haut relief est une sculpture où les éléments du premier plan se détachent fortement du fond.  Dans un bas relief au contraire, les éléments en avant se distinguent peu de ce fond, dans lequel ils paraissent presque encastrés. Enfin dans une sculpture en ronde bosse, les éléments (en général des personnages) sont complètement autonomes et peuvent être vus de tous les côtés. 

La présentation en PDF Concours sculptures 1401Concours sculptures 1401 (3.49 Mo)

 

 

 

 

 

 

Commentaires

  • Godot
    • 1. Godot Le 29/12/2020
    Merci Nicole,

    moi aussi cela me manque beaucoup, de ne pas pouvoir voir les oeuvres "en vrai". Les photos, même de très bonne qualité, ne livrent pas tout. Et puis, l'émotion manque, le contact direct entre ce que l'artiste a fait (la plupart du temps il y a plusieurs siècles) et ce qui t'arrive bien après, ce contact là on ne l'aura jamais avec les reproductions.
  • Nicole
    Merci pour cet article, j'ai appris plein de choses. Et il m'a donné très envie de retourner à Florence... quand pourra t-on à nouveau voyager, visiter des musées et monuments ? Mais si c'est comme à Paris, les églises sont ouvertes...

Ajouter un commentaire