Pisano & fils

Nicola et Giovanni Pisano : L'essor de la sculpture en Toscane

Au milieu du XIIIème siècle, alors que se déployaient en Italie d'importants chantiers de construction comme Assise ou l'abbaye cistercienne de San Galgano, la sculpture de ce pays était un peu en reste. En effet, pour accomplir la mission"d'édifier les foules" aux grands thèmes de la religion, on recourrait, dans le nord de l'Europe, à la statuaire placée à l'intérieur comme à l'extérieur des églises et intégrée aux murs et aux ouvertures (statues "colonnes", chapitaux sculptés). Mais pour délivrer le message chrétien, l'Italie disposait depuis longtemps d'un autre moyen artistique, la mosaïque ou, solution beaucoup moins chère, la peinture à fresque, qui ornait les murs des intérieurs des églises. Du coup, les sculptures étaient moins prisées et mises en valeur dans cette région de l'Europe. Cela était d'autant plus regrettable que l'Italie avait sous les yeux de nombreux exemples de statues antiques romaines, elles même inspirées des statues grecques dont la perfection avait été louée durant toute la période de l'empire romain (c'est à dire dans les 400 premières années du premier millénaire).  

Il y a avait bien eu au nord de l'Italie, durant la période du haut Moyen Âge, un certain nombre de personnalités remarquables qui avaient initié une tradition de la statuaire : Wiligelmo et Benedetto Antelami en furent les chefs de file. Mais il appartint à Nicola Pisano, dont l'oeuvre fut continuée (et en un certain sens amplifiée) par son fils Giovanni, de réveiller la tradition sculpturale de la péninsule. En décorant les chaires de quelques églises de la Toscane, ils surent faire revivre  ce savoir faire antique, tout en assimilant les nouveaux courants gothiques venus du nord de l'Europe.

L'exposé suivant introduit à l'oeuvre des Pisano, père et fils, à partir de l'analyse des chaires : PisanoPisano (4.44 Mo)

 

 

Ajouter un commentaire