Giotto Santa Croce Florence

Au XIIIème siècle, apparurent des ordres monastiques cherchant à revenir  à la pureté doctrinale de l'Eglise et à s'adapter à l'essor économique de nombreuses cités, notamment en Italie. Deux d'entre eux eurent beaucoup de succès, l'ordre des frères mineurs fondé par François d'Assise, et communément appelé l'ordre des "franciscains", et l'ordre des frères précheurs, fondé par Dominique Guzman et appelé  l'ordre des "dominicains". Leur particularité (qui fit leur succès) était que leurs monastères n'étaient pas à la campagne comme ceux des bénédictins, ou dans des zones isolées et peu accessibles comme ceux des cisterciens, mais en pleine ville, au milieu de l'activité populaire.  

Leurs moines vivaient de prêches et des donations que ceux-ci engendraient. Comme ils avaient le même "créneau", les deux ordres étaient rivaux, et cherchaient tous deux le soutien du pape. A Florence, ils fondèrent chacun un monastère et une église, Santa Maria Novella pour les dominicains, Santa Croce pour les franciscains. Ces deux établissements étaient situés à l'extérieur de l'enceinte de  la ville à l'époque, mais ils étaient diamétralement opposés: au nord ouest pour Santa Maria Novella, au sud est pour Santa Croce.

Ce dernier se trouvait dans un endroit humide, marécageux, où étaient isntallés les tanneurs et les teinturiers qui avaient besoin de beaucoup d'eau pour exercer leur métier. Ce quartier était donc assez insalubre et malodorant. Cela ne génait pas les franciscains qui voulaient aller "à la rencontre du peuple".

Mais compte tenu du succès de leur ordre, les franciscains purent faire bâtir à Santa Croce une très belle église qui regorge de trésors artistiques. De nombreux grands hommes d'Italie  comme Michel Ange ou Verdi, y ont leur tombeau. Mais ce sont surtout les fresques des chapelles, datant du XIIIème siècle, qui font l'objet de cette présentation. Elles contiennent en effet les dernières oeuvres de Giotto qui nous soient parvenues, ainsi que celles de ses assistants. On peut donc y suivre une partie de l'évolution de la peinture à fresque de tradition florentine, celle inspirée par le plus grand peintre de l'époque.  

L'exposé en PDF Santa croce florenceSanta croce florence (3.21 Mo) 

Ajouter un commentaire