Brunelleschi, Donatello, Michel Ange

Pour un français, habitué aux grandes et belles cathédrales gothiques ou même romanes, découvrir San Lorenzo à Florence ne peut que procurer une certaine déception, surtout si on entre par la porte principale. Sa façade est inachevée, elle n'a jamais eu son revêtement de marbre. Les vicissitudes de l'histoire, le manque d'argent des Médicis, seuls financeurs de l'édifice, l'ont privée de ce décor.

Une fois à l'intérieur, ce visiteur français, s'il ne connaît pas d'autres églises florentines, découvrira un monde très différent des édifices de Reims, Amiens, Bourges ou Chartres. Cette église a été édifiée sur les plans de Brunelleschi, le plus grand architecte de la Renaissance italienne du Quattrocento (XVème siècle), l'auteur de la célèbre et magnifique coupole du Duomo, dont on voit la silhouette à une centaine de mètres de San Lorenzo.

Le style florentin, que Brunelleschi a fait naitre, n'a rien à voir avec le style gothique. Il marque un retour aux modes de construction et aux décors de l'empire romain. Il faut donc ajuster ses critères d'appréciation quand on visite San Lorenzo. Mais cette église fait aussi découvrir comment un autre génie de la Renaissance, Michel Ange, a fait sinon sauter, du moins fortement évoluer ces critères. Bref en seul bâtiment, on découvre l'essence de l'architecture religieuse de la Renaissance, élaborée par Brunelleschi et qui imprégnera toute l'architecture européenne jusqu'au XIXème siècle, et sa première transgression, par Michel Ange, un génie aussi grand que Brunelleschi. 

San Lorenzo n'est pas seulement fascinant pour son architecture. On peut aussi y découvrir des oeuvres sculptées par plus grand sculpteur du début de la Renaissance, ami de Brunelleschi, Donatello, et bien entendu des statues  de Michel Ange. Bref, San Lorenzo est un étonnant concentré de chefs d'oeuvre!

L'exposé :   San lorenzo (7.05 Mo)

  

Ajouter un commentaire