Un chef d'oeuvre universel

Parler de la Chapelle de l'Arena ou Chapelle Scrovegni du nom de son commanditaire, c'est parler d'un des grands chefs d'oeuvre de la peinture occidentale, à l'instar de la Chapelle Sixtine, de la Ronde de Nuit, de la Joconde, ou de Guernica. Son auteur, Giotto di Bondone (1266-1337), est souvent considéré comme le fondateur de cette peinture occidentale, celui qui a su retrouver le chemin du naturalisme et du réalisme emprunté par les peintres de l'Antiquité, celui qui fut le précurseur de la Renaissance.

La Chapelle est un petit bâtiment  faisant partie d'un plus vaste complexe, comprenant un palais bâti sur les ruines de l'Amphithéâtre Romain de Padoue. Mais le palais, édifié par la famille Scrovegni, a disparu et il ne reste que cette Chapelle. La famille elle même avait bénéficié d'une ascension sociale particulièrement rapide, en pratiquant un métier condamné par l'Eglise, l'usure. Affirmant que le temps n'appartient qu'à Dieu, la doctrine religieuse interdisait la pratique du prêt d'argent, car celle-ci revenait à faire travailler le temps pour l'usurier.

Les Scrovegni avaient donc beaucoup à se faire pardonner,  mais quoi qu'il en soit nous disposons, 800 ans après, d'un des plus grands chefs d'oeuvre du Moyen Âge, conservé avec le plus grand soin.De fait, la visite de cette chapelle n'est autorisée que pendant 30 mn, l'accès est contingenté en raison de la fragilité des fresques.

Il est donc important de bien préparer cette visite, et si on n'a pas la possibilité de la faire, on peut essayer de la visiter virtuellement, mais ce n'est pas si facile.  La qualité des reproductions accessibles sur Youtube est plutôt moyenne, mais l'immersion virtuelle permet de se faire au moins une idée de la disposition des fresques. Voici un lien où, en arretant l'image et en faisant bouger le curseur on obtient une vision à 360°: 

https://www.youtube.com/watch?v=LWbAx_gDgdQ

Pour ne pas risquer les lieux communs alors que des milliers de pages ont été écrites sur cette chapelle, on a choisi de présenter la chapelle sous un angle particulier, à partir d'une intuition. Celle-ci a été confirmée par la suite en faisant quelques recherches sur Google. Elle permet de regarder les fresques de Giotto sous un aspect spécifique  mais finalement assez naturel. 

L'exposé: Giotto scrovegni 1 (6.46 Mo)

 

 

Ajouter un commentaire